• Meurtres au bord de la Tamise (tome 3) de Bernard Knight

    Meurtres au bord de la Tamise (tome 3) de Bernard Knight

     

    Meurtres au bord de la Tamise (tome 3) de Bernard Knight

    Londres, 1196.

    A la demande de Richard Coeur de Lion, John de Wolfe a quitté son Devon natal pour rejoindre le Palais de Westminster où il vient de prendre ses fonctions de Coroner auprès de la cour du roi. Peu après son arrivée, le meurtre d'un clerc, poignardé en plein jour et jeté dans la Tamise, le conduit à soupçonner l'existence d'une conspiration destinée à renverser le souverain. Lorsque, quelques jours plus tard, une partie du trésor royal disparaît mystérieusement, puis que l'un des principaux responsables de sa sécurité est à son tour retrouvé mort, John sait qu'il doit faire vite pour démasquer les coupables.

    Car la reine douairière, Aliénor d'Aquitaine, est en Angleterre et pourrait bien, elle aussi, être en danger. S'appuyant sur une solide documentation et mêlant comme toujours personnages historiques et personnages fictifs, cette nouvelle enquête de John de Wolfe met l'intrigue au service de l'Histoire.

     

    Meurtres au bord de la Tamise (tome 3) de Bernard Knight

    Policier / Pygmalion / 390 p.

     

    Meurtres au bord de la Tamise (tome 3) de Bernard Knight

    Dans ce livre, Bernard Knight met en scène pour la troisième fois le charismatique coroner John Wolfe. Dans ce troisième tome, John quitte le Devon à la demande du roi, pour devenir le Coroner de la cour. Alors que l’été rend le temps lourd et pesant, John et ses acolytes ne comprennent pas pourquoi on les a nommés ici alors que rien ne se passe. Mais une série de meurtres vient troubler la tranquillité feinte du palais de Westminster !

    Dès les premières pages du livre, l’auteur nous entraîne au cœur du XIIème siècle où se déroulent les aventures du Coroner. Le contexte historique est si présent que l’on en vient souvent à se demander dans quel catégorie classé cet ouvrage : histoire ou bien policier. En  effet, on commence le roman par une note de l’auteur qui expose les faits historiques dans lesquels il fait s’étendre son roman. Cela donne une forte authenticité aux personnages ainsi qu’au roman dans son ensemble et ça permet aussi de s’immerger complètement dans l’univers où évolue les personnages.

    L’écriture de Bernard Knight est à la fois simple et imagée, mais plus taillée pour les descriptions que pour l’action. En effet, certaines scènes d’actions sont d’un réel ennui, ou encore trop rapide, sans qu’on est le temps de les voir passer. Quant à ses descriptions, on a l’impression de les voir s’animer sous nos yeux. La lecture reste néanmoins parfois difficile à certains moments, je me suis parfois sentie perdue lorsque l’auteur utilise le jargon du Moyen-Âge, heureusement annoté par l’éditeur. Néanmoins, l’auteur a su poser une ambiance qui sied tout à fait au roman.

    Je craignais, en commençant le roman de ne pas comprendre la relation entre les personnages, car je n’avais pas lu les deux premiers tomes. Mais je n’ai eu aucun problème de ce côté-là, notamment grâce à un récapitulatif des personnages au début du livre, mais aussi par la simplicité avec laquelle l’auteur nous présente des situations et des relations qui se révèlent au final très compliqué. Mais encore, j’ai trouvé que les personnages en plus de paraître authentiques, étaient vivants et avaient chacun leurs propres caractères. Pourtant, ce réalisme dans les personnages empêche de s’identifier à eux.

    L’intitulé de la série annonce d’emblée qu’il s’agit d’un livre policier. Pourtant, j’ai trouvé l’intrigue policière de ce roman lente et plate. L’enquête n’était intéressante que transposer au Moyen-Âge, ce qui en même temps est gênant pour son avancé. Le suspense est quasi nul, et la fin est très facile à deviner. Mais il faut avouer que l’époque choisit laisse peut de place pour manœuvrer, en effet, seul la perspicacité du Coroner est en jeu. Mais cela n’est pas assez mis en avant à mon goût.

    Pour conclure, c’est un livre à lire surtout pour son côté historique, mais où il ne faut pas s’attendre à de grands frissons. Malgré ça, je le recommande car il a été pour moi une grande immersion dans une époque souvent utilisée, mais erronée  dans beaucoup d’ouvrages. De plus, les personnages restent sympathiques et les descriptions très réalistes et agréables.

    Pour finir, merci aux éditions Pygmalion et au Sanctuaire de la lecture pour ce partenariat, qui fut la découverte d’un bon auteur.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :